Comment la meditation réduit les effets du stress

« Juin tu nous fais du bien ! »

 

Vaincre la méditation 

par le stress ? 

ou le contraire ?  

Quels sont les Effets de la Médiation sur le Stress ?

 

Entre -300 et – 500 av. J.-C., Patanjali considère que «si les opérations de la pensée ressemblent à des nœuds sur une corde, alors la disparition des activités mentales fait disparaître les nœuds. Il reste une corde lisse qui se déroule sans effort, sans début ni fin, telle est la méditation que chacun peut entreprendre ». À la fin des années 70, le docteur en biologie moléculaire Jon Kabat-Zinn, qui pratique le yoga et la méditation bouddhique, introduit et adapte cette dernière au milieu hospitalier. Il appelle cette pratique méditative, la pleine conscience ou mindfulness. Il a l’intuition que cette méditation peut aider des patients atteints de pathologies graves à surmonter les épreuves de leur maladie. Depuis, la pratique de la méditation s’est démocratisée en Occident. Elle fait l’objet de nombreuses études scientifiques sur le corps et le cerveau pour en évaluer les effets en comparaison avec ceux provoqués par le  stress. L’expérience du silence, du souffle conscient et de sa propre présence mène à des résultats tout à fait surprenants. La science est aujourd’hui capable de confirmer ce qui n’était jusque-là que des ressentis. Je vous propose donc de découvrir les différents effets positifs de la méditation sur la réduction du stress.

La méditation de pleine conscience stimule le cerveau

Le stress est une réaction physiologique tout à fait naturelle. Il s’agit d’une réponse à une situation inhabituelle. Ce qui l’est moins c’est lorsque cette réponse dure et s’installe dans le temps, pour devenir un stress chronique.

 

La pratique de la méditation réduit la sécrétion du cortisol

Le cortisol est une hormone sécrétée par les glandes surrénales. Son rôle est essentiel pour l’équilibre du glucose, c’est-à-dire du sucre dans le sang, notamment lorsque notre organisme a un besoin accru d’énergie. Or une concentration trop élevée de cortisol perturbe la qualité du sommeil, le fonctionnement du rythme biologique et favorise la prise de poids.

Il s’avère que la pratique de la méditation fait baisser ce taux de cortisol dans le sang, en portant attention :

  • au moment présent ;
  •  à la façon avec laquelle nous réagissons dans des moments stressants.

Car le fait de se concentrer sur votre respiration peut contribuer à régulariser votre rythme cardiaque, s’il est plus paisible, alors vous vous recentrez plus facilement sur vos pensées, vos émotions, et sur la perception de vos sensations. Ainsi, si le mental se trouve apaisé, le lâcher-prise se présente.

«  Au début l’esprit ne peut rester stable et se poser longtemps.
Mais à force de persévérance et de régularité, il devient peu à peu calme et ferme. 
»
– Bokar Rinpotché

La pratique de la méditation accroît les matières blanche et grise du cerveau

Grâce à l’IRM, des études scientifiques américaines ont également mis en lumière les bienfaits de la méditation sur la mémoire et le vieillissement du cerveau. En accroissant les quantités de matières blanche et grise cérébrales, la pratique méditative régulière :

  • augmente les zones concernées par le contrôle des émotions (cortex insulaire) ;
  • améliore les capacités cognitives et mémorielles (dans le cortex préfrontal) ;
  • diminue les réactions agressives liées à l’hyperactivité ;
  • pose le mental et facilite ainsi l’attention et la concentration.

Grâce à son pouvoir relaxant, la méditation de pleine conscience est ainsi capable de modifier certaines parties du cerveau. Les chercheurs en neurosciences ont observé, chez des méditants réguliers, une réorganisation des connexions neuronales, mettant en avant un argument supplémentaire en faveur de la plasticité cérébrale.

« Développer l’attention revient à établir peu à peu de nouvelles connexions entre neurones
et à inhiber le bavardage qui s’était créé dans les anciennes. »
Mingyour Rinpotché :
Le bonheur de la méditation p. 69

 

La méditation de pleine conscience favorise l’immunité

Le stress fait de nombreux dégâts sur le corps, accélère son vieillissement et met à mal les défenses immunitaires. La pratique régulière de la méditation peut être une aide précieuse pour limiter son action.

La méditation de pleine conscience agit sur les gènes pro-inflammatoires, c’est-à-dire sur les cellules elles-mêmes. Plus l’inflammation de nos cellules est intense et prolongée, plus le risque de modification interne est important et facteur de déclenchement de maladies chroniques. Après des épisodes de stress intense ou d’anxiété, prendre un temps pour soi et méditer peut permettre d’entrer dans une phase de relaxation profonde et réparatrice. Sur les méditants aguerris, l’un des effets positifs observés serait le ralentissement de l’horloge interne des cellules et une moindre exposition aux pathologies.

La méditation et les exercices de respiration profonde évacuent les déchets produits par nos muscles et notre système vasculaire. Ainsi, méditer contribue à un meilleur équilibre physiologique et à une plus juste perception de la douleur, selon les cas.

 

La méditation de pleine conscience prend soin du cœur

Dans ce domaine également la pratique de la méditation consciente est surprenante, puisqu’elle semble diminuer les risques cardio-vasculaires.

Le stress et l’anxiété entraînent une augmentation :

  • de l’oxygénation dans le sang ;
  • des contractions du myocarde ;
  • de l’hypertension.

Avec un peu d’entraînement et quand elle s’inscrit dans votre vie quotidienne, la méditation permet de percevoir plus finement et plus subtilement les émotions qui nous traversent, y compris lorsqu’elles sont négatives. Porter son attention sur son ressenti sans porter de jugement donne la possibilité de prendre du recul et d’identifier ses propres automatismes émotionnels. Selon Jon Kabat-Zinn, cette continuité de conscience aurait un effet protecteur contre les réactions au stress et réduirait fortement les symptômes psychologiques et médicaux dus à la colère, l’anxiété ou l’hostilité.

Comme l’écrit Matthieu Ricard : « Ni religion, ni croyance, ni dogme, mais expérience de l’instant présent.
La méditation est l’art d’être humain par excellence.

Elle ne s’adresse pas à des personnes douées de capacités particulières, mais à chacun de nous.
Exactement tels que nous sommes. Inutile de chercher à vivre des expériences extraordinaires,
la méditation nous invite simplement à devenir conscient de tout ce que nous expérimentons, moment après moment. 
»

Grâce à la respiration et au souffle, la pression artérielle diminue, le rythme cardiaque ralentit, le mental se pose. Lorsque les patients ont des expériences positives avec la pratique de la méditation de pleine conscience, ils retrouvent une forme de bien-être intérieur durable.

 

La méditation de pleine conscience réduit les symptômes de la dépression

La santé mentale est aussi un sujet d’étude important en psychologie auquel la méditation peut apporter des réponses intéressantes. Le stress professionnel, social ou émotionnel est responsable de nombreuses pathologies de nos sociétés modernes. La dépression est actuellement soignée parfois par de lourds traitements chimiques et médicamenteux, qui ne sont pas sans conséquence.

Pour éviter les rechutes, de nombreux médecins, à l’image de Lionel Coudron et Christophe André, associent ces protocoles à la pratique de la méditation dans un cadre thérapeutique. Les résultats sont extrêmement encourageants et contribuent à la réduction des symptômes dépressifs dans le temps.

Les patients sont accompagnés tout au long de leur parcours. Grâce à des états de conscience modifiée, en leur permettant de se concentrer sur leurs émotions et leurs sensations, sans pour autant émettre un quelconque jugement, les patients-méditants, réduisent significativement les pensées négatives, diminuent les ruminations de l’esprit. La méditation de pleine conscience aide également ceux qui supportent mal les traitements en leur proposant un complément, sans jamais s’y substituer. 

La méditation de pleine conscience apporte de nombreux bienfaits au niveau physiologique, psychique et mental. C’est la raison pour laquelle le psychiatre Christophe André enseigne la pleine conscience depuis près de dix ans à l’hôpital Sainte-Anne.
Selon ses propos, « j’y forme chaque année des soignants qui à leur tour enseignent la pleine conscience au sein de l’hôpital.
Actuels ou anciens patients de l’hôpital Sainte-Anne, mais aussi curieux, ils sont une dizaine à s’être donné rendez-vous le mardi.
La pleine conscience ? Quelques-uns l’ont déjà pratiquée,
d’autres en ont seulement entendu parler,
tous ont en commun de vouloir en savoir plus. »

 

La pleine conscience soulage durablement les effets néfastes du stress et l’anxiété chronique et offre la possibilité à chacun de lâcher-prise avec ses pensées négatives et ses ruminations. Elle autorise la reconnexion avec ses émotions et son ressenti du moment. Sur le plan biologique, elle participe à la bonne santé du cœur et du cerveau. Même si elle peut ne pas convenir à tout le monde, apprendre à respirer complètement, calmement et en conscience aide malgré tout à réguler la tension artérielle et à apporter une sensation de bien-être rapidement et, qui sait, durablement. 

 

Vous souhaitez essayer la méditation dans un cadre bienveillant et à votre écoute ?Deux choix ce mois-ci !

 

Couverture méditation 5 matins
Solstice d'été ☀️ Venez méditer au Parc de la Crapaudine à Nantes ! Le soleil est déjà bien levé

Vous souhaitez être tenu(e) au courant de nos futurs ateliers ?

Abonnez vous à notre newsletter

En validant ce formulaire vous acceptez nos mentions légales et CGU

Rejoignez-nous
Panier
Retour haut de page
Aller au contenu principal